Langue

Problème Anglophone - le MRC propose une solution pour une sortie rapide de crise

Depuis le lancement du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) en 2012, le parti a dit qu’il y avait  un «problème anglophone»  dans notre pays (on peut le voir dans son projet de société publié sur son site www.mrcparty.org), et que ce problème devait être résolu par le dialogue.

Le Président National du MRC Maurice KAMTO l’a rappelé lors du meeting de notre parti tenu le 25 juin 2016 à Bamenda, en insistant sur la nécessité de résoudre ce problème par le dialogue.

Malheureusement, le Gouvernement n’a pas prêté  une oreille attentive à la sonnette d’alarme du MRC, et en novembre 2016, a éclaté la «crise anglophone». Depuis l’éclatement de la crise, le président de la République, qui, de par la Constitution, est l’incarnation de l’unité nationale, gardien de la Constitution, garant de l’intégrité du territoire, de la permanence et de la continuité de l’Etat, aurait dû se rendre dans les Régions concernées pour rassurer les populations, être à l’écoute directe de leurs revendications afin d’apporter les solutions les plus appropriées à leur mal-être au sein de la Nation. Une telle démarche, dictée par les impératifs constitutionnels rappelés ci-dessus, n’ayant pas été mise en œuvre même au plus grave de la crise, le MRC, par son Président National, a proposé une solution comprenant deux volets:

Premier volet:
La mise sur pied par le Chef de l’Etat d’une DELEGATION POLITIQUE composée:

  • De chefs religieux;
  • De chefs traditionnels représentant toutes les Régions du pays (01 par Région);
  • De représentants des partis politiques représentés au Parlement.


Cette DELEGATION POLITIQUE, porteur d’un message de PAIX et de COMPASSION à nos frères et sœurs de la partie anglophone de notre pays, devrait se rendre dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour faire comprendre à nos compatriotes de ces Régions que la Nation, dont ils font partie intégrante, a entendu leurs pleurs et qu’elle est venue essuyer leurs larmes.

Pour montrer la bonne disposition de l’Etat à résoudre pacifiquement ce problème, l’envoi de cette Délégation Politique devra s’accompagner des mesures d’apaisement et de confiance, consistant notamment en la mise en liberté sans conditions des personnes arrêtées dans le cadre de cette crise anglophone.

Sur la base de cette démarche politique et de ces mesures de désescalade, le MRC pense que les parents de ces Régions enverront  les enfants à l’école afin de ne pas compromettre d’avantage leur avenir.

Deuxième volet:
La mise en place, par le Chef de l’Etat, d’un CADRE DE DIALOGUE ouvert et sincère dans lequel devront s’exprimer tous  les griefs et revendications de nos compatriotes anglophones et les impératifs de la construction d’une Nation unie, sachant que la sécession n’est pas une option. Nos compatriotes anglophones devront  y être représentés, notamment par leurs leaders légitimes, c’est-à-dire ceux en qui se reconnaissent les populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ce CADRE DE DIALOGUE devra permettre de dégager, ensemble, des solutions approuvées par les uns et les autres et permettant de résoudre une fois pour toute le problème anglophone dans le cadre d’un Cameroun réconcilié et fort dans son unité.

Le Président National du MRC
Maurice KAMTO
Yaoundé le 16 août 2017