Langue

Message du Président National du MRC à la femme camerounaise à l’occasion de journée internationale de la femme 2015

Chères mamans,  femmes et filles du Cameroun, mes chères compatriotes.

Dimanche prochain, sera célébrée au Cameroun la 30ème édition de la journée internationale de la femme. Elle est placée cette année  sous le thème : "Mise en œuvre de la plateforme d’action de Beijing au Cameroun: bilan et perspectives".

Trente ans c’est l’âge de la maturité. Cette édition spéciale de la journée internationale de la femme devrait nous permettre de nous arrêter un moment pour évaluer ensemble les progrès enregistrés dans la promotion des droits des femmes, identifier de nouvelles stratégies en vue d’accélérer l’atteinte de l’égalité des sexes et de développement, telle que consignée dans les objectifs du millénaire pour le développement qui prônent la réalisation de cette égalité à l’horizon 2015. Ce bilan devrait être fait à tous les niveaux, notamment au niveau institutionnel et politique, de la prise des décisions, dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la sécurité.

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) n’a cessé d’exhorter le gouvernement à prendre des mesures concrètes pour permettre à la femme camerounaise de faire face aux nombreuses difficultés qui entravent aussi bien sa vie familiale que professionnelle, dans l’optique de la 4ème conférence mondiale sur les femmes de 1995. On peut relever ça et là de timides efforts ; mais on doit regretter que le gouvernement de la République n’ait pas mis en œuvre tous les leviers d’action dont il dispose pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement dans ce domaine en cette année butoir de 2015.
Dans le domaine de la santé, force est de constater qu’un chapelet de défis restent toujours à relever, notamment dans la lutte contre le VIH/Sida dont le taux de prévalence se situe, selon les chiffres officiels, à 5,6% chez les femmes contre 2,9% chez les hommes, en matière  de lutte contre la mortalité maternelle, les violences faites aux femmes, l'excision de la jeune fille, le traitement avilissant des rites de veuvage dans certaines régions du pays.

La situation des femmes enceintes au sein des entreprises au Cameroun à laquelle nous n’avons cessé d’attirer l’attention du gouvernement n’a pas changé. Leurs droits continuent d’être bafoués, en particulier ceux des femmes qui perdent leur emploi à la suite d’une grossesse, ou qui ne perçoivent pas de salaire pendant leur congé de maternité. Le gouvernement doit se pencher sur ces violations graves des droits de la femme en rendant effectif les dispositions de la loi N°92/008 du 14 août 1992 portant Code du Travail qui prévoit des mesures en ce sens.
De même doit-il prêter une attention particulière à la question du droit d’accès des femmes à la propriété foncière, gage de la sécurité de son activité notamment dans le domaine agricole, facteur d’accroissement potentiel de la production agro-pastorale et d’autonomie économique et financière de la femme notamment en milieu rural.

Chères Mamans,  femmes et filles du Cameroun, mes chères compatriotes,

L’extrême-Nord de notre pays fait face en ce moment aux affres de la violence aveugle de la secte islamiste BOKO HARAM, qui sème la terreur dans des villages et détruit tout sur son passage : écoles, lieux de prières, structures administratives et sanitaires ; qui tue indifféremment musulmans et chrétiens, croyants et non croyants, cause des victimes dans les rangs de nos vaillantes forces de défense, assassine sans pitié nombre de nos paisibles compatriotes, provoquant au passage les déplacements de plusieurs autres. Jeunes et moins jeunes, soldats, mères de familles, écolières ou collégiennes, institutrices ou professeurs, agricultrices ou commerçantes, les femmes paient un lourd tribut à cette guerre que nous imposent des âmes ténébreuses. De mesures urgentes doivent être prises  pour sauvegarder l’année scolaire dans cette partie du pays et pour prendre en charge les blessés et les orphelins et recaser les déplacés. Le MRC pour sa part organisera dans quelques jours une campagne de don de sang en vue d’apporter sa modeste contribution au soulagement des souffrances de nos frères et sœurs de cette partie de notre pays.

Chères Mamans,  femmes et filles du Cameroun,

Je me suis toujours fait l’écho de vos souffrances et de la négligence dont vous êtes victimes parfois jusqu’à en mourir. J’ai dit l’année dernière le choc insoutenable qu’il y a de voir une femme mourir en donnant la vie, faute de soins adéquats et attentionnés. Je ne puis me taire cette année quand l’actualité me donne raison plus qu’il n’en faut sur la nécessité d’une gratuité de la césarienne dans notre pays ; je pense notamment au cas survenu à l’Hôpital central de Yaoundé le 02 mars où une femme est morte en accouchant faute de césarienne, à celui d’une femme incarcérée à la prison centrale de Kondengui dans la même ville, enceinte de jumeaux et décédée le 1er mars parce qu’elle ne pouvait pas payer 73.000FCfa pour une césarienne.

Ces drames qui ne sont que des exemples et ne représentent qu’une goutte d’eau dans la mer à l’échelle du pays doivent amener le Gouvernement à donner suite le plus rapidement possible à la proposition faite par le  MRC d’introduire la gratuité totale de la césarienne médicalement nécessaire dans notre système de santé publique.
 
Chères Mamans,  femmes et filles du Cameroun, mes chères compatriotes,

 Malgré vos peines et vos souffrances, vous ne devez jamais perdre de vue que la réussite de ce pays qui nous est très cher à tous passe par vous. Vous êtes, en effet, le socle vivant de notre société, le ferment de l’entreprise de transformation sociale que le MRC met au cœur de son projet de société.

Le 8 mars est votre fête. Permettez que je dise, sans volonté de vous envahir de la présence masculine et dans le respect de votre singularité, que c’est notre fête aussi : celle où tous les hommes en conscience doivent célébrer vos talents multiformes, mais d’abord intellectuels et scientifiques, votre compétence professionnelle, votre fidélité dans l’engagement, votre extraordinaire capacité de résilience dans l’adversité sociale.

Comment, avec une telle force, ne pas rester confiant dans la capacité de ce pays à se redresser demain en cette nation prospère et rayonnante, digne, fière et respectée que prépare la Renaissance nationale ?

Vive la femme camerounaise, pour que vive le Cameroun.

Bonne fête des femmes.

Maurice KAMTO,
Président National du MRC,
Yaoundé, le 06 mars 2015.