Maurice KAMTO rend hommage à Charles ATEBA EYENE

Maurice KAMTO rend hommage à Charles ATEBA EYENEC’est avec douleur et consternation que nous avons appris le décès du Dr Charles ATEBA EYENE, survenu au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Yaoundé dans l’après-midi du 21 Février 2014, des suites de maladie.

Charles ATEBA EYENE était un jeune homme aux talents multiples. Ecrivain prolifique et universitaire cultivé, il était un entrepreneur politique flamboyant dont l’engagement militant dépassait les clivages partisans. C’était un homme public courageux et infatigable, dont les prises de positions fermes sur les grandes questions politiques et de société ont contribué immensément à enrichir le débat dans notre pays et n’ont laissé personne indifférent. Sa pensée critique n’a épargné personne, y compris dans les rangs de son propre parti politique. M. ATEBA EYENE était un combattant infatigable pour la justice, plus de libertés démocratiques et l’égalité sociale au Cameroun. Il a inspiré de nombreux jeunes, notamment à travers son association Le Club éthique.

Avec plus d’une vingtaine d’ouvrages produits en si peu de temps et concernant presque tous les domaines de la vie nationale, il est sans conteste l’écrivain le plus productif de sa génération. Cette riche production intellectuelle qu’il lègue à la postérité est une trace indélébile de sa contribution à l’édification de notre société sur un socle de valeurs fait d’exigence éthique, de don de soi pour les causes justes, d’aspiration à une certaine ascèse.  Pour cela, quand bien même il est mort, il reste vivant à jamais dans nos cœurs, dans nos esprits et dans les bibliothèques.

Malmené dans l’Administration pour ses idées courageuses, pour son audace à transgresser les clivages politiques et à lever les tabous, éveilleur des consciences et veilleur des valeurs, il était une étoile dans sa génération et un repère pour la jeunesse camerounaise d’aujourd’hui. Il est resté digne jusqu’au bout.

Sa mort nous laisse inconsolable. Elle interpelle notre société  sur ce qu’elle veut faire de sa jeunesse et sur l’urgence de stopper le désastre de la destruction de jeunes camerounais talentueux et patriotes, dont le seul crime est de refuser l’asservissement, d’aspirer à la liberté et à la participation à la gestion des affaires de leur pays.

En cette douloureuse circonstance, nous joignons notre voix à celles de millions de nos compatriotes pour adresser à la famille du disparu,  nos condoléances les plus sincères et profondément attristées.

Pr. Maurice KAMTO
Président National du MRC