L'ex-Secrétaire Général du FSNC, le parti politique de Issa Tchiroma, rejoint le MRC

Ben Bappa Ex-Secrétaire Général du FSNC de ISSA TCHIROMA qui rejoint le MRCDéclaration de monsieur Hamadou amadou BEN BAPPA.

Monsieur le Vice-Président,

Distingués membres du Directoire National du MRC,

Mesdames, messieurs les journalistes,

Chers invités à cette conférence de presse.

D’emblée, je tiens à adresser au MRC, à son Président National monsieur le Pr. Maurice KAMTO, mes sincères remerciements, pour avoir associé ma modeste personne aux activités de ce grand Mouvement de l’Espoir, dans le cadre de la Fête de l’Unité du Cameroun. J’y perçois justement la marque particulière du MRC, en tant que force de rassemblement. Oui, le rassemblement de tous les Camerounais tel qu’évoqué par le Vice-Président Me SIMH dans son propos.

Permettez-moi également de dire ma grande émotion, en raison de la présence des journalistes d’organes de presse de grande notoriété, ici dans cette salle du siège du MRC à Yaoundé. Vous, chers professionnels de l’information, et surtout témoins oculaires de la dynamique de l’histoire en marche. Vos reportages, commentaires et analyses que je présume objectifs, devraient être des indices sérieux de l’évolution de la scène politique camerounaise et des organisations politiques.

En effet, l’histoire du Cameroun est en marche, et précisément la dynamique de la transformation de notre société politique où, ni les acteurs politiques, ni les citoyens et bien entendu la presse politique, n’ont droit à l’inaction, à l’immobilisme. Depuis 2012, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le MRC, est la traduction concrète et constante de la dynamique nouvelle, voire de l’espérance de la société camerounaise. En vérité, l’avènement de cette impressionnante force de progrès que constitue le MRC depuis 2012, n’a laissé aucun Camerounais averti, de quelque bord politique ou idéologique que ce soit, quant à son positionnement sur l’espace public de notre cher et beau pays : LE CHANGEMENT D’AVENIR DANS LA PAIX.

Ma modeste personne, néanmoins riche de ma propre expérience politique, longue de 57 ans, s’embarque dans ce train en marche, dont le puissant générateur est à la fois constitué par le leadership proactif et les actions politiques clairvoyantes et particulièrement marquantes. C’est en 1958 que le jeune Hamadou Amadou BEN BAPPA démarre sa carrière politique à proprement parler, il avait à peine 15 ans; j’avais alors été porté à une sérieuse responsabilité cette année-là, celle de Secrétaire de bureaux de votes, lors des premières législatives au Cameroun. En fait, tout jeune déjà, j’ai toujours été habité par le sens du progrès. Ce qui, nous semble-t-il est le tempérament de Camerounais en général, y compris les déçus de la politique et de politiciens sans convictions véritables. Un acteur du progrès, un chantre du changement, un citoyen aimant son pays ou un progressiste en politique ne se laissent jamais embrigader dans l’immobilisme, l’inaction ou une remise en question sans fondement légitime. Quand on est un homme politique, on est avant tout un citoyen comme tous les autres, qui s’interroge constamment sur le bien-fondé de toute démarche politique en relation avec les convictions et les engagements de départ. Les déceptions des citoyens, pour les causes que l’on sait, en ont fait des abonnés absents aux élections cependant que ceux qui nous gouvernent ont continué à détruire l’image du Cameroun par la malgouvernance. Heureusement, au bon moment, le MRC est arrivé.

Depuis le 2 avril 2015, j’ai adhéré au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Ce parti politique incarne actuellement, LE SOUFLE DE L’ESPOIR dans ce pays qui tombe en ruine : économie en perte de vitesse, tissu social délabré, morale publique scandaleuse. La presse est témoin du délabrement socioéconomique de ce beau pays, où même la servitude et la grandeur de la fonction ministérielle sont bafouées au quotidien. Le MRC, vous en êtes témoins depuis deux ans, impressionne par ses actions, ses approches et son discours. Cette organisation politique qui nous interpelle, tous, a besoin de toutes les enfants du Cameroun, du concours de tous et de chacun: en termes de compétences ou d’expérience. Ayant assumé précédemment des fonctions de Secrétaire général de deux partis politiques (ADD et FSNC), j’entends partager humblement mon expérience avec tous mes camarades du MRC, comme modeste serviteur avec pour unique ambition que dans la dignité, nous procédions au redressement du Cameroun afin d’en faire LE LION ECONOMIQUE, prospère, prôné dans la Vision du MRC.

Mon ralliement au MRC, comme bientôt celui d’autres compatriotes, est révélateur de l’engouement justifié des Camerounais pour ce parti politique. Le train de l’histoire est en marche :

  • C’est un secret de polichinelle, les opinions favorables en faveur du MRC ne cessent de grimper sur l’ensemble du territoire national.
  • Le Social Libéralisme, l’idéologie du parti, est concrètement mis en œuvre, comme en témoignent les campagnes de dons de sang en faveur des soldats et populations civiles, des dons de médicaments ou de motocyclettes, des appuis à l’entreprenariat agropastoral, et j’en passe.
  • Le MRC, véritable parti arc-en-ciel, se veut le reflet de la diversité socioculturelle du Cameroun, donc ouvert à tous sans discrimination.
  • Ce parti politique est l’un des rares à être constitué d’hommes et de femmes progressistes, dynamiques et habités par la construction d’un Cameroun moderne. Les compétences du personnel politique et l’état d’esprit conquérant au sein du MRC est visible à tous les niveaux : dans les Unités, comme dans les Fédérations communales, départementales, régionales, et bien sûr au Directoire National.

En cette occasion qui m’est offerte de m’exprimer à la veille de la Fête de l’Unité Nationale, je réitère ma volonté de me joindre aux courageux camarades du MRC, pour promouvoir une société camerounaise où l’initiative individuelle et la liberté d’entreprise permettent de créer des richesses. Les millions de sans-emplois au Cameroun, laissés-pour-compte, auront le droit d’espérer avec le Pacte Productif du MRC, dès lors que le parti sera en capacité de gouverner. Les structures ne valant que ce que valent les hommes en charge de les gérer, la mise en œuvre du Pacte Jeune ou pacte Educatif du MRC, devrait aboutir à une excellente formation des jeunes Camerounais, en adéquation avec des millions d’emplois, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Je ne saurais clore mon propos sans lancer un appel aux jeunes Camerounais de l’intérieur et de la diaspora : ne soyez pas désespérés, vous êtes l’avenir du Cameroun. En côtoyant de nombreux jeunes, dans les équipes de football que j’ai dirigées, dans les sociétés dont je suis administrateur, où dans leurs activités politiques, il m’est revenu de mesurer leurs angoisses, leurs peines tout en appréhendant leurs rêves. Ce qu’il nous faut aujourd’hui au Cameroun, c’est une alternance politique proposant une alternative forte et crédible. Toutes générations confondues, ayons le souci constant de laisser à nos enfants un Cameroun prospère.

Bonne fête de l’Unité nationale à toutes et à tous !

Avec un grand parti d’Opposition, en l’occurrence le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, ensemble, nous changerons certainement le Cameroun, dans la paix!

Je vous remercie!


Ahmadou Amadou BEN BAPPA,
Adhérent du MRC,
Yaoundé, le 11 mai 2015.