Déclaration officielle du MRC suite à l'augmentation du prix des carburants du 30 juin 2014

Le Gouvernement vient d’annoncer par un communiqué de presse, rendu public le 30 juillet 2014, l’augmentation substantielle du prix des carburants de la manière suivante :

  • Le litre de super passe de 569 CFA à 650 FCA, soit une augmentation  de 81 CFA en valeur réel et 14, 25% en valeur relative;
  • Le litre de gasoil passe de 520 FCFA à 600 FCFA, soit une augmentation de 80 frs CFA en valeur réelle et 15,38% en valeur relative;
  • La bouteille de gaz de 12,5 Kg passe de 6000 FCFA à 6 500 FCFA, soit une augmentation de 500 FCFA en valeur réelle et 8,33% en valeur relative.

Le Gouvernement justifie cette hausse des prix par «  la nécessité de prendre en compte l’augmentation continue des cours du pétrole sur le marché international et de réduire  la charge toujours plus forte sur le budget de l’Etat de la subvention du prix du carburant qui prive la communauté nationale des ressources nécessaires à la réalisation de nombreux projets sociaux, éducatifs et infrastructurels ».

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) s’élève vivement contre cette mesure antisociale qui met, comme pour toutes les mesures de même type dans le passé, tout le poids de la charge sur les catégories défavorisées de nos populations.

I. SUR LES MOTIFS INVOQUES PAR LE GOUVERNEMENT :

1 - L’argument de la hausse constante du prix du pétrole sur le marché international

Cet argument est fallacieux d’une part, le Cameroun qui est lui-même pays producteur de pétrole engrange certainement les bénéfices de cette hausse, lesquels bénéfices devraient compenser le coût de notre approvisionnement  sur le marché international; d’autre part, le cours du pétrole sur le marché international suit une tendance baissière depuis quelques années maintenant.

Au demeurant, les prix intérieurs des produits pétroliers étant indexés sur l’évolution des principaux paramètres du marché mondial, il est anormal que ces prix ne reflètent la conjoncture internationale que lorsque celle-ci est à la hausse et non lorsque les cours internationaux du pétrole sont à la baisse.

2 - Le financement des projets sociaux, éducatifs et infrastructurels

Un tel argument n’est pas davantage  convainquant. D’une part, la réalisation des projets en question peut se faire à partir d’autres ressources de l’Etat; d’autre part, le communiqué du Gouvernement n’indique pas l’affectation des recettes escomptées de la hausse des prix.

D’après le Communiqué du Gouvernement, les subventions du prix des carburants ont coûté à l’Etat 1200 milliards de FCFA de 2008 à 2013 soit, sur une période de six ans, 200 milliards de FCFA par an.

Le MRC tient à souligner que cette subvention est un des rares mécanismes de redistribution de la richesse nationale qui  atteint les  couches les plus vulnérables de notre société. C’est bien peu dans un pays qui n’a, entre autres,  ni transport public, ni couverture médicale universelle des soins de santé de base; où l’essentiel du secteur éducatif est livré au secteur marchand ; où l’écrasante majorité de la population, même dans les principales métropoles du pays y compris la capitale nationale, n’a accès ni à l’eau potable, ni à l’électricité; où le taux de chômage est l’un des plus élevé d’Afrique.

Cette mesure frappe de plein fouet toutes les couches de notre société et de manière particulièrement violente les catégories les plus vulnérables : les transporteurs, les taximen, les motos taximen et les agriculteurs dont les carburants sont essentiels à la réalisation des leurs activités ;  les sauveteurs, les débrouillards du secteur informel, les bayams salam, les agents de l’Etat, les fonctionnaires sans responsabilités administratives etc… qui empruntent, quand ils le peuvent,  les taxis et les motos-taxis  pour  mener  leurs  activités.

Le MRC rappelle que ce sont ces  mêmes catégories de nos populations les plus défavorisées qui ont le plus souffert de la longue crise économique qu’à traversé notre pays, en particulier de la  coupe drastique des salaires de 1993 et de la dévaluation du franc CFA qui a suivi immédiatement en 1994.

C’est le lieu de relever, pour le déplorer, l’attitude des Bailleurs de fonds, en particulier les Institutions de Bretton Woods qui, non seulement ont suscité et encouragé ces différentes mesures, mais se répandent d’année en année en satisfécits sur la bonne gestion du Gouvernement et les performances de l’économie camerounaise, laissant sans défense le peuple essoré qui vit le contraire au quotidien et n’a que ses yeux pour pleurer.

Le MRC manifeste sa profonde solidarité avec le peuple camerounais au moment où il lui est imposé ce nouveau coup dur. Il appelle le Gouvernement à prendre d’urgence toutes les mesures nécessaires pour soulager la misère de nos populations et sauver de la détresse  les catégories les plus vulnérables, qui au demeurant constitue la frange la plus nombreuse de la  société.

Le MRC appelle solennellement le Gouvernement à suspendre les augmentations de prix décidées et à mener, avec tous les acteurs concernés, les concertations nécessaires pour étudier les voies et moyens de réaliser autrement les économies de 200 milliards de francs visées par cette décision.

II. A PROPOS DES MESURES D’ACCOMPAGNEMENT ANNONCEES

Dans le même communiqué il est déclaré qu’« [e]n vue de préserver le pouvoir d’achat de nos populations et d’atténuer les effets de ce réajustement sur l’économie nationale, le gouvernement a, par ailleurs, décidé des mesures suivantes :

  • maintien du prix du litre de pétrole à 350 FCA;
  • réduction de 50% du montant de l’impôt libératoire, de la taxe de stationnement et de la taxe à l’essieu;
  • revalorisation des salaires des agents publics;
  • début immédiat des concertations paritaires en vue de la revalorisation du SMIG.»

La première mesure  ne change absolument rien à la situation des utilisateurs du pétrole lampant qui sont les couches les plus défavorisées et les plus négligées de notre population. Au demeurant, il convient de souligner que le prix de 350 FCFA pour un litre de pétrole est un prix théorique bien loin de la réalité même dans les principales villes du pays (Douala et Yaoundé) et à fortiori dans l’arrière pays où le pétrole est vendu entre 400 et 500 FCFA le litre.

La deuxième mesure cherche à impressionner par le niveau de réduction consenti, mais elle n’indique ni le montant actuel généré par l’impôt libératoire et les taxes concernées, ni la date d’entrée en vigueur de la mesure, ni des indications sur les gains du pouvoir d’achat qu’une telle mesure pourrait entrainer notamment au regard du coût de la vie dans notre pays.

A la vérité, le Gouvernement dissimule le fait que :

  • l’impôt libératoire rapporte environ 15 milliards FCFA par an, et qu’en y appliquant les 50% de réduction la mesure lui coûte la modique somme de 7,5 milliards ;
  • la taxe à l’essieu rapporte 4 milliards de FCFA par an, et qu’en y appliquant également les 50% de réduction la mesure lui coûte la modique somme de 2 milliards;
  • la taxe de stationnement rapporte quant à elle, ne rapporte pas plus de 700 millions FCFA par an, en y appliquant aussi les 50% de réduction la mesure lui coûte l’insignifiante somme de 350 millions.

Il importe de souligner que les recettes générées par l’impôt libératoire et la taxe de stationnement entrent dans le budget de la commune, et que sa réduction contribue automatiquement à l’appauvrissement de la mairie et donc des populations.

Au total cette mesure de réduction de l’impôt et des deux taxes en question permet au contribuable camerounais de réaliser un gain de 9 milliards 850 millions FCFA contre 200 milliards qu’il perd du fait de l’augmentation du prix des carburants décidée par le même Gouvernement.

La troisième mesure est une promesse non seulement tardive au regard des souffrances endurées par les travailleurs camerounais depuis 1993, mais bien plus grave elle n’indique ni le taux de revalorisation des salaires, ni la date à partir de laquelle elle pourrait avoir lieu. Il est donc à craindre qu’il s’agisse surtout d’une annonce visant à faire passer une pilule amère.

En tout état de cause, cette mesure dont l’ampleur reste attendue, concernera uniquement les personnels de la Fonction publique, c’est-à-dire les fonctionnaires et les agents de l’Etat relevant du code du travail qui sont moins de 200.000 personnes au total, sur une population nationale d’environ 25 millions d’habitants.

La quatrième mesure qui parle de concertation paritaire pour la revalorisation du SMIG ne précise pas qu’elles sont les parties, ni où elle a lieu puis qu’il est indiqué qu’elle se tient immédiatement c’est-à-dire au moins depuis le 1er juillet, lendemain de la date de publication du communiqué gouvernemental.

Du reste, cette revalorisation du SMIG qui était attendue de longue date et qui sera au mieux, quel qu’en soit le montant, simplement  un début de rattrapage sur le coup de la vie ne saurait être un titre de gloire pour le Gouvernement. En effet, l’écrasante majorité de ceux qui touchent le SMIG ne sont pas à la charge de l’Etat ; c’est à tous ces petits entrepreneurs et autres chefs de familles qui emploient une ou deux personnes dans leurs plantations, leurs boutiques, et les micro-entreprises de toutes natures, ou à leur domicile qu’il reviendra de payer l’augmentation salariale qu’induira la revalorisation du SMIG. 
 
En somme, il s’agit de mesures cosmétiques pour la plupart et en tout cas imprécises, le gouvernement donnant l’impression de ne pas vouloir s’engager clairement. Elles ne peuvent, en tout état de cause, atténuer les effets pervers que l’augmentation des prix des carburants pourrait avoir sur l’économie nationale, notamment : poussée inflationniste sur les marchés, baisse du pouvoir d’achat, aggravation de la pauvreté, persistance dans la mauvaise gestion des ressources du pays.
       
III. PROPOSITIONS

Si ce Gouvernement était sensible à la souffrance des populations, il aurait pu trouver les 200 milliards dont l’Etat aurait besoin dans certaines rubriques budgétaires et autres sources de recettes publiques.
Les propositions qui suivent ne sont que quelques exemples des mesures qui doivent être prises.

1 - Réduction du train de vie de l’Etat

A cet égard il y a lieu de faire des économies substantielles et de supprimer les doublons dans les rubriques budgétaires suivantes :

226Achat des matériels et mobiliers de bureau   7 313 671 000
227Acquisition, rénovation des machines et matériels   125 000 000 000
228Acquisition des matériels de transport   17 689 571 000
612Carburants et lubrifiants32 660 546 000
613Frais de transport12 430 954 000
614Eau, électricité, gaz et autres sources d’énergie   25 208 253 000
617Frais de représentation, de mission, de réception et cérémonies60 318 019 000
626Primes gratifications et autres indemnités hors solde46 696 090 000
627Rémunération du personnel hors solde3 972 012 000
628Rémunération du personnel temporaire3 523 220 000
629Autres dépenses du personnel5 158 678 000
653Subvention d’équipement110 000 000
 TOTAL340 081 014 000


2 - Révision de la structure du prix des carburants
 

  • La structure interne du prix des carburants laisse apparaître d’une part, une surcharge de 6 TVA d’un montant cumulé de 71 FCFA, d’autre part, une taxe spéciale d’un montant de 120 FCFA dont on ignore et la justification et la destination. Ces deux rubriques à elles seules représentent un montant de 191 FCFA, de loin supérieur au 100,85 FCFA de « soutien Etat » au consommateur par litre de carburant. Le problème de la soi-disant subvention du prix des carburants pourrait donc être réglé par une réduction de la fiscalité de ce produit qui permettrait alors au consommateur de payer le prix réel à la pompe.
  • Une révision de cette structure des prix devrait aboutir au maintien du prix du litre de carburant à la pompe au niveau pratiqué par plusieurs pays africains producteurs importants ou moyens de pétrole, voire non producteurs dans certains cas.

Exemple :

PaysAnnéeEssence (FCFA)
Algérie2009-2013139,3
Angola2009-2013302,7
Benin2009-2013595,98
Botswana2009-2013552,7
Congo2009-2013552,7
Egypte2009-2013216,2
Ethiopie2009-2013504,66
Gabon2009-2013499,85
Ghana2009-2013442,1
Lesotho2009-2013595,9
Liberia2009-2013591,17
Libye2009-201357,67
Namibie2009-2013591,17
Niger2009-2013538,31
Nigeria2009-2013297,99
Sierra Leone2009-2013504,66
Soudan2009-2013360,47
Tchad2009-2013456,6
Togo2009-2013446,98
Tunisie2009-2013562,34
Source : Banque Mondiale (Les prix en dollar ont été convertis en FCFA).


3 - Elaboration d’une mercuriale basée sur la vérité des prix du marché.

4 - Réforme des entreprises publiques

  • Supprimer les subventions aux entreprises publiques à caractère industriel et commercial dont les cas les plus emblématiques sont : Camair-Co, CAMPOST, EDC, MAETUR, SOPECAM, MAGZI, CRTV, CREDIT FONCIER, IMPRIMRIE NATIONALE etc.
    • S’agissant particulièrement de Camair-Co, le Ministre des Transports en personne a rendu témoignage devant l’Assemblée nationale, le 27 juin 2014, de ce que cette entreprise est un gouffre à sous sans fond.
    • CAMTEL qui est une entreprise du secteur stratégique, à condition d’être enfin bien gérée, se doit être un important contributeur aux finances publiques.
  • Faire le point des privatisations :

Notamment : SONEL (ACTIS), SNEC (CAMWATER/CDE), REGIFERCAM (CAMRAIL) etc…

  • Exiger une contribution plus significative de certaines grandes entreprises aux finances de l’Etat (PMUC, ORANGE, MTN, SABC, CAMTEL, SNI, CSPH, CREDIT FONCIER).
  • Doter à très court terme la SONARA d’équipements techniques lui permettant de raffiner le pétrole camerounais  et d’orienter vers la baisse le prix des carburants à la pompe comme dans tous les pays producteurs.
  • Rationaliser l’exploitation et la gestion des minerais :

Les tensions de trésorerie actuelles nous obligent à rationaliser l’exploitation et la gestion des ressources minières, notamment: l’or, le diamant ainsi que d’autres métaux précieux en faisant approuver les contrats par le parlement et en rendant la gestion transparente par la publication annuelle des quantités extraites et des ressources indues.
 

Fait à Yaoundé, le vendredi 04 juillet 2014.

Le MRC, Mouvement pour la Renaissance du Cameroun.

Reader Comments

bouchon incroyable à l'entrée EST de Douala

"malgré l'augmentation des prix du carburant  accpetés à travers la gorge, par les populations de Douala 3,  nos routes restent  un enfer"

depuis le lancement des travaux au niveau de la pénétrante EST de la ville de Douala, les population vivent l'enfer pour patir de TRADEX - ELF AXE LOURD et vice vers ça. Or il existe des possibilités d'aménager des voies de contournement en passant par l'entrée bille carreffour KOMBI etc

vivement que le MRC prennent officiellement position pour essayer de faire pression sur les autorités de Douala afin qu'elles aménages ces voies de contournement

nous vivons vraiement l'enfer à douala 3 avec les routes

NB seul l'arrondissement de Douala 3 ne dispose pas de routes bitumées, en dehors des axes permettant d'entrée ou de sortir dans la ville, en passant par l'EST.

MRCistement votre

ASLAM LUCIANO