20 Mai 2014 - Message de Maurice KAMTO au Peuple Camerounais

Mes chers compatriotes,

Au moment où notre nation souffle sur la 42ème bougie de célébration de l’Etat unitaire, permettez-moi, au nom du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, de vous souhaiter tous mes vœux d’unité dans la paix et la prospérité.

L’heure n’est peut-être pas au bilan mais, il me semble qu’il serait tout de même judicieux de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur de ce processus historique à la fois souhaité, voulu et controversé. Oui, les Pères fondateurs, face aux menaces et dangers de l’époque, dans un élan patriotique, mus par l’instinct légitime de préservation de l’intégrité du territoire national, avaient alors engagé un processus de consolidation de notre unité et de renforcement de notre désir de vivre ensemble, afin de construire une nation forte, prospère et fière dans le concert des nations. Ce processus est passé par deux étapes fondamentales : celle d’abord de notre indépendance proclamée le 1er janvier 1960, suivie immédiatement de l’amputation territoriale  du 11 février 1961; celle ensuite de la Réunification du 1er octobre 1961, ressentie comme une nécessité vitale, suivie de l’unification de 1972 dictée par notre commune volonté d’approfondir notre unité et d’assurer plus de cohésion entre la partie anglophone et la partie francophone du pays afin de garantir l’indivisibilité de notre Nation.

Quarante deux ans plus tard, on peut, à défaut d’Etats généraux de l’Unité, légitimement interroger l’efficacité du cadre unitaire non seulement à assurer l’intégrité du territoire, mais également sa capacité à améliorer notre vivre ensemble. Je le ferai brièvement à travers les prismes politique, économique et sécuritaire.

Premièrement, au-delà d’indéniables acquis tels que le brassage culturel de nos peuples et la mise en commun des ressources du sol et de sous-sol, il persiste un certain nombre de points de tension susceptibles de remettre en question cette unité, si ce n’est tout simplement de la rompre. Les velléités sécessionnistes de certains groupuscules dans la zone anglophone du pays montrent clairement qu’il y a des choses à parfaire. Le cours de l’évolution de notre pays a créé au passage des frustrations, longtemps inhibées par le régime de l’époque. Ces frustrations refont surface et s’amplifient en tirant partie des fissures démocratiques qui se sont fait jour sur l’édifice autoritaire et de la révolution dans les moyens de communications modernes. Ainsi, le phénomène du tribalisme que l’on croyait désormais loin derrière nous ressurgit avec une rare violence, en cette période de transition politique annoncée et attendue. Le MRC dans sa Vision pour la société camerounaise aborde cette question dans le premier pilier de son action. Il s’agit du Pacte républicain, qui s’énonce da la manière suivante : Les communautés existent dans notre pays. Il faut les respecter. Mais notre mère à nous tous est la République. Il faut la protéger et la défendre dans ses valeurs fondamentales de liberté, d'égalité, de citoyenneté, de justice sociale et de solidarité. Un citoyen est un homme libre et non pas un être enchaîné à un groupe quel qu'il soit.

Dans les relations entre les citoyens, nous voulons travailler à bâtir la confiance à trois niveaux:

  • confiance entre le citoyen et les institutions sur la base d’un contrat de citoyenneté républicaine;
  • confiance entre l’élite dirigeante et les populations, tant il est crucial que celles-ci se reconnaissent dans les décisions et les actions des dirigeants;
  • confiance enfin entre notre pays et les partenaires au développement à la faveur de l’instauration d’une gouvernance exemplaire.

Ce Pacte républicain doit créer entre les Camerounais une fraternité nouvelle fondée sur une communauté d'idées et de valeurs et non sur un lien de sang ou l'attachement aveugle à une ethnie. C'est cela la fraternité républicaine. Celle qui permet de réaliser un vivre ensemble apaisé, fondé sur le respect mutuel. Le Pacte républicain sera bâti sur le socle d'un pays réconcilié. C'est pourquoi nous n'épargnerons aucun effort pour trouver avec toutes les composantes de la nation, en particulier avec la communauté anglophone, les réponses appropriées à leurs attentes.

Ce pacte républicain est un pacte pour la paix si chère à notre peuple. Mais il ne peut s'agir d'une paix proclamée, imposée par la violence et dans l'injustice. Notre conception de la paix repose sur l'observation objective et notre conviction profonde que toute paix véritable et durable a son siège dans le cœur des hommes et des femmes et ne se réalise que par la justice.

Deuxièmement, le chemin parcouru dans la construction de l’unité de notre Nation repose également sur la situation économique du pays. Le Cameroun est confronté à une grave crise sans précédent du chômage des jeunes aggravée par la très forte dépendance extérieure de notre économie. Cette dépendance qui, selon les statistiques est supérieure à 80% se reflète sur notre balance commerciale; celle-ci affiche année après année un déficit chronique et explosif, passant de près de 70 milliards en 2007 à près de 1350 milliards en 2013. D’après les experts, une telle situation n’est pas de nature à attirer des investisseurs étrangers sérieux dans notre pays. Par ailleurs, le système productif, hérité des années 1970, a été démantelé dans les années 90 à travers d’imprudentes politiques de privatisations et de liquidations des entreprises publiques et parapubliques, sans une politique volontariste d’accompagnement  du secteur privé afin que le vide créé par le désengagement de l’Etat du secteur productif soit efficacement comblé. Parallèlement, l’on a vu naître une bureaucratie corrompue, improductive et prédatrice, sans culture du résultat.  

Cette bureaucratie n’assume pas  l’échec de ses actions, lequel se répercute de façon dramatique sur les citoyens. Il en résulte d’une part, un modèle économique où tout est importé, jusqu’aux cure-dents, et qui favorise de la sorte une hémorragie des devises, et d’autre part, un environnement administratif, juridique et fiscal hostile qui paralyse toutes les  tentatives de dynamisation des investissements dans notre pays. Faire face à la situation économique peu reluisante du Cameroun exige avant tout un diagnostic sérieux, suivi de politiques publiques ambitieuses, assises sur des réformes courageuses, difficiles mais salutaires.

Il faut être à la fois inconscient et dépourvu de tout sens d’humanité pour ne pas s’inquiéter du fossé qui se creuse entre les riches et les pauvres dans notre pays, et ses conséquences potentielles sur la paix, la stabilité et l’unité du Cameroun. Nous devons travailler à la restauration sans délai de la dignité de nos populations les plus vulnérables ainsi que de la justice sociale si indispensable à l’harmonie de notre société. Le Cameroun  pour lequel je me suis engagé en politique, c’est celui dans lequel il est possible, en une décennie,  de faire de la pauvreté une histoire du passé.

Le MRC entend relever ce défi par le Pacte productif qui constitue le troisième pilier de notre projet de société. Il repose d’une part, sur un Etat à la fois stratège et inventif qui libère les énergies créatrices de nos populations et d’autre part, sur notre détermination à remettre le Cameroun au travail en agissant notamment sur les leviers de création et de compétitivité des entreprises. Ce Cameroun-là  va se bâtir également sur la solidarité et le partage. Mais il n'y a pas de partage s'il n'y a rien à partager. Le Cameroun doit produire plus et mieux dans tous les secteurs. Cela passe par une politique des filières clairement identifiées et organisées; par les incitations compétitives à l'investissement national et étranger; l'innovation et l'acquisition des technologies dont nos filières industrielles ont besoin. Il faut, pour ce faire, développer une stratégie d'alliance avec des partenaires stratégiques capables de nous ouvrir l'accès à la fois aux technologies et aux marchés mondiaux. Nous avons, à cet égard, devant nous, les expériences instructives de divers pays dits « émergents ». Mais pour y réussir, il faut faire confiance aux nationaux dans le cadre d'une véritable alliance stratégique entre l'Etat et le secteur privé. Il faut également articuler filières de production et filières de recherche et d’innovation. Tout programme de recherche devra être un maillon d'une chaîne devant déboucher dans un délai connu sur un résultat concret transformable en produit utilisable et/ou commercialisable. L’objectif ultime est de bâtir un pays moderne, espace d’attraction des investissements et de prospérité commune.

Troisièmement, notre pays traverse des moments très difficiles en matière de sécurité. La République sœur de Centrafrique, ravagée par une effroyable guerre civile qui a complètement démantelé les fondements de l’Etat dans ce pays, constitue un point névralgique qui met en péril la paix et la sécurité dans la Région de l’Est, avec bien sûr des répercutions sur la stabilité de l’ensemble du pays, tant sur le plan politique qu’économique.  Des groupes armés ne cessent de faire des incursions dans notre territoire, se livrant à des actes  d’une rare violence. A côté de cette menace plus conventionnelle, se profile une autre, moins précise, moins cernable sous l’appellation de «BOKO HARAM», désormais identifiée par la communauté internationale comme un mouvement terroriste. Caractérisée dans un premier temps par des enlèvements et des demandes de rançons, les actions menées par cette nébuleuse sont désormais d’une barbarie insoutenable et commencent à installer une véritable psychose au sein de la population. Face à cette situation, le MRC convoque le cinquième pilier de son action qui est le Pacte de solidarité. Solidarité entre les Régions en particulier en cas de crise, qu’elle soit alimentaire, sanitaire, le fait d’une catastrophe naturelle ou de l’insécurité. Dans le cas d’espèce, nous devons être solidaires avec nos frères des régions septentrionales du pays, taire nos querelles partisanes voire idéologiques pour nous mobiliser à travers une vigilance citoyenne de tous les instants, comme un peuple uni, une Nation au destin commun.

Tout en demandant au gouvernement de la République d’assumer sa mission régalienne de défense de l’intégrité de notre territoire et de la sécurité de nos peuples, nous devons rester soudés dans notre patriotisme inébranlable et étaler à la face du monde la puissance de notre fraternité républicaine.

Bonne fête du 20 mai, fête de la Nation unie dans sa riche diversité!

Vive le MRC.

Vive le Cameroun.

Pr. Maurice KAMTO,
Président National du MRC,
Mouvement pour la Renaissance du Cameroun.