Déclaration du MRC sur les catastrophes dramatiques qui frappent le Cameroun

Ce Vendredi, 21 octobre 2016, notre pays a connu plusieurs drames de transports dont le bilan provisoire officiel fait état de dizaines de morts et des centaines de blessés au moment où cette déclaration était rédigée.

Selon nos informations, le premier drame qui, semble t-il, n’a heureusement causé aucune perte en vie humaine, est survenu le vendredi matin suite à la coupure de la piste Douala - Yaoundé au niveau de MATOMB. Cette piste qui croule depuis plusieurs décennies sous le poids d’une intense activité routière est pratiquement à l’abandon. Sur instruction semble t-il du ministre des Transports à la société CAMRAIL, dont il est temps que les termes de son contrat de concession soient enfin débattus devant la représentation nationale, huit wagons supplémentaires ont été accrochés à l’unique locomotive qui est finalement partie de Yaoundé vers 11 heures au lieu de 10 heures, comme initialement prévu. C’est donc un train avec une locomotive tractant seize wagons au lieu des huit habituels, surchargés avec de nombreux passagers debout, qui a déraillé non loin de la gare d’Eséka aux alentours de 12h 30min...

Alerte du MRC sur les menaces qui pèsent sur les lendemains électoraux en 2018 ou avant

Scrutins présidentiel, sénatorial, législatif, régional et municipal

Alerte du MRC sur les menaces potentielles qui pèsent sur les lendemains électoraux au Cameroun si le pouvoir demeurait sourd à la demande de la réforme consensuelle du Code électoral, et sur les risques de glissement du calendrier électoral.
 
Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a tiré d’importants enseignements des graves défaillances de notre système électoral au terme du double scrutin du 30 septembre 2013. Ces graves défaillances portaient tant sur la qualité de certaines dispositions du Code électoral que sur la mise en application d’autres. Persuadé que le Conseil Constitutionnel pouvait dire le droit, notre parti a saisi la haute juridiction. Malheureusement, malgré les preuves multiples et abondantes fournies, et la clarté de la loi, celle-ci a rendu de curieuses décisions...

Code Pénal Camerounais: le MRC appelle à une nouvelle concertation sur quelques points litigieux

L’Assemblée Nationale a adopté, le 22 juin 2016, la loi portant Code pénal; le Sénat l’a  adoptée à son tour le 28 juin. En principe, ce Code n’attend plus que sa promulgation par le Président de la République pour s’imposer à tous.

Depuis que le projet de Loi N°989/PJL/AN portant Code Pénal a été annoncé au Parlement pour la 2ème Session Ordinaire de juin de cette année, le pays tout entier est traversé par une déferlante de débats portant aussi bien sur la démarche suivie pour l'élaboration du projet de Code que sur sa signification politique, ainsi que sur certains de ses aspects techniques...

Déclaration du MRC sur la gestion gouvernementale de la grippe aviaire, la recapitalisation de la SODECOTON et de la nomination a sa tête d’un nouveau Directeur Général

L’actualité économique et sociale de notre pays est marquée par deux évènements : d'une part, la crise dans la filière avicole née de l’apparition dans un important complexe agro-industriel de la grippe H5N1, communément appelée grippe aviaire, et sa gestion par le Gouvernement; d'autre part, la recapitalisation de la SODECOTON et la nomination à la tête de cette société d’Etat d’un nouveau Directeur Général.

De la grippe aviaire et de sa gestion par le Gouvernement

Au sujet de la grippe aviaire, jusqu’ici, le MRC s’est imposé une réserve afin de ne pas gêner les actions du Gouvernement. Mais devant l’incapacité du pouvoir à prendre en compte le désespoir des professionnels du secteur avicole, des milliers de braves petits éleveurs et des nombreux acteurs de la filière dont l’apport à l’économie locale, nationale et sous régionale n'est plus à démontrer, notre parti décide de rompre son silence...

Déclaration sur le meeting interdit et les humiliations subies par le Directoire du MRC à Bertoua

Après la double décision illégale, discriminatoire et politiquement assumée de monsieur le Sous-préfet de Bertoua 1er interdisant la tenue du meeting du MRC le 23 avril puis le 30 avril 2016, la rencontre arrachée à monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD) au prix d’une humiliation face aux caméras le lundi 25 avril 2016, le Président National du parti, Maurice KAMTO, et les membres du Directoire étaient convoqués le vendredi 29 avril à 16h30 au MINATD pour avoir la position finale du Gouvernement sur le meeting projeté le lendemain 30 avril à Bertoua, à plus de 300 km de Yaoundé.

Au terme de cette rencontre courtoise, monsieur René Emmanuel SADI, MINATD, a, malgré ses talents de diplomate, laissé entrevoir qu’il recevait les dirigeants du MRC moins comme le représentant de l’Etat, et donc garant des engagements internationaux du Cameroun, la Constitution et de la Loi N°90/055 du 19 décembre 1990 fixant le régime des réunions et des manifestations publiques, que comme militant, ancien secrétaire général du RDPC et candidat, encore camouflé, à la magistrature suprême...

Communiqué du MRC sur l’horreur insoutenable survenue à l’Hôpital Laquintinie de Douala, le 12 mars 2016

Depuis le samedi 12 mars 2016, la conscience humaine est profondément choquée par les images insoutenables d’une dame qui, selon certaines sources médiatiques, se dénommerait madame KOUMATE Monique, entrain d’être « opérée » à même le sol dans l’enceinte de l’hôpital Laquintinie par une autre dame qui serait une de ses relations. Il s'agirait d'un geste de désespoir visant, semble t-il, à sauver les jumeaux que portait la malheureuse madame KOUMATE abandonnée à elle-même.

Sous réserve des enquêtes administratives et judiciaires qui s’imposent et que nous souhaitons diligentes, le MRC observe que ce drame illustre une nouvelle fois le mépris que ceux qui nous gouvernent ont pour la vie des Camerounais en général, et pour celle des femmes et des mères en particulier. L'évènement s’est déroulé au sein d’un hôpital, c’est-à- dire là où l'on doit  sauver les vies ! Ce drame, qui n’est malheureusement pas isolé survient au lendemain de la Journée mondiale de la femme, Journée au cours de laquelle le régime a détourné les femmes de leurs vrais problèmes, parmi lesquels le droit de donner la vie en toute sécurité dans les hôpitaux,  pour leur imposer un grossier appel à la candidature de M. BIYA...