Langue

La Caravane de la Renaissance du MRC est en route pour un grand meeting à Nkongsamba le 30 avril 2017

CAP 2018 OU AVANT… MEETING À NKONGSAMBA - CARAVANE NATIONALE D’IMPLANTATION DU MRC

Dans le cadre de la poursuite de sa CARAVANE NATIONALE D’IMPLANTATION, le MRC informe l’opinion que le chef-lieu du Département du Mungo, l’arrondissement de NKONSAMBA 1er, accueille le dimanche 30 avril 2017, de 12H à 18H, à l’Esplanade du Cercle Municipal, un meeting public présidé par son Président National Maurice KAMTO, et les membres de son Directoire.

Ce meeting, qui a reçu l’autorisation N°36/C1.06/BAAJP/RAMP/ de Monsieur le Sous-préfet de NKONGSAMBA 1er, est le résultat du travail d’implantation engagé dans cette partie du pays.

Le Service de Communication du MRC.

Communiqué de Presse: le MRC se réjouit de l'attention portée enfin par les Nations Unies à la crise anglophone qui perdure et qui compromet la paix et stabilité de notre pays.

Visite et déclaration du représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Afrique Centrale à Yaoundé et encouragement du Gouvernement et des nouveaux leaders légitimes anglophones à ne pas relâcher les efforts pour sortir le pays de la crise.

A la suite de la visite de l'Ambassadeur François LOUNCÉNY FALL, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Afrique Centrale, relative à la crise dans les Régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-ouest du Cameroun, et de sa déclaration lors de la conférence de presse qu'il a tenue à Yaoundé le  12 avril 2017, le MRC  se réjouit de l'attention portée enfin par les Nations Unies  à cette crise qui perdure et qui compromet la paix et stabilité de notre pays.

Le MRC considère que les mesures techniques prises récemment par le Gouvernement vont dans le bon sens et exhorte à son tour le Gouvernement à les mettre effectivement et entièrement en œuvre sans délai...

Conférence Presse: Le MRC et le peuple Camerounais disent NON au glissement du calendrier électoral prévu en 2018!

Voilà plus d’un an déjà que le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a publiquement alerté l’opinion nationale et internationale sur le projet gouvernemental du glissement du calendrier électoral.

Lors de mon adresse aux Camerounais en décembre 2016, je mettais encore en garde contre la volonté du Gouvernement de différer le calendrier électoral. J’affirmais:

« L’année 2017 constitue le dernier virage avant l'année électorale cruciale de 2018. En effet, l'année 2018 verra l’organisation du scrutin sénatorial en avril, des législatives et municipales en septembre et de la présidentielle en octobre. A ces scrutins, on pourrait ajouter, si le calendrier électoral n’était pas considéré comme un secret d’État par le pouvoir, les élections régionales. Ce calendrier très chargé appelle une organisation et une planification gouvernementale rigoureuses tant en ressources financières qu’en gestion de la programmation. Sans prêter des intentions quelconques au Gouvernement, le MRC souligne qu’il attache un prix particulier au respect du calendrier électoral. Il rejettera avec la dernière énergie tout glissement de ce calendrier pour quelque raison que ce soit. Ni la guerre engagée contre Boko Haram en mai 2014, ni l’instrumentalisation d’une éventuelle réforme électorale engagée au dernier moment, ni les questions budgétaires ne justifieront un tel glissement contre lequel le MRC attire, un an avant, l’attention du Gouvernement. Aussi, celui-ci doit-il tout mettre en œuvre au courant de cette année 2017, pour régler tous les détails de toutes natures entrant dans la préparation et une organisation à date, et réussies, de l’ensemble des élections prévues en 2018. ».

Conférence de Presse - Crise dans les régions anglophones: l’inquiétant attentisme de la Communauté internationale

Crise dans les régions anglophones: l’inquiétant attentisme de la Communauté internationale

Mesdames, messieurs,

Depuis environ cinq mois, les Régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest du Cameroun sont en proie à une crise qui n'a cessé de gagner en ampleur, et a atteint désormais un niveau de gravité sans précédent depuis la Réunification de notre pays en 1961. Des revendications corporatistes des Avocats et du Syndicat des enseignants anglophones au départ, elle s'est transformée en une crise politique profonde du fait d'une mauvaise gestion par le Gouvernement et de l'exacerbation des frustrations des Camerounais Anglophones. Parce qu'ils se sentent mal à l'aise au sein de la Nation, pour diverses raisons, bon nombres de nos compatriotes des Régions en question demandent un retour au fédéralisme dans sa forme de 1961.

Crise dans les Régions anglophones: Des élites décridibilisées incitent à la haine et à la guerre civile

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) reste préoccupé par la situation de blocage qui prévaut dans la crise anglophone et rappelle la nécessité de la libération des nouveaux leaders anglophones légitimes pour l’amorce d’un dialogue républicain urgent et vital.

Le MRC dénonce les manipulations gouvernementales visant à susciter une stérile opposition entre les élites du Nord–ouest et celles du Sud-ouest avec pour objectif, la division des Camerounais des Régions anglophones.

Lors d’une réunion de crise tenue le 3 février 2017 dans un hôtel de Buea, par quelques personnalités originaires de la Région du Sud-ouest, conduites par Monsieur Peter MAFANY MUSONGE (1), ancien Premier Ministre, Grand Chancelier des Ordres Nationaux, et donc grand collaborateur du Président de la République, celles-ci ont publiquement accusé les élites du Nord-ouest d’animer la grève et les révoltes dans leur si douce et paisible région. Elles ont aussi appelé les populations à se constituer en groupes pour appuyer les autorités et les forces de maintien de l’ordre dans la répression contre les grévistes...

Crise dans les régions anglophones: le MRC appelle à la fin des arrestations politiques, à la libération des nouveaux leaders socio-politiques légitimes et au dialogue politique

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est très  préoccupé par le régime de terreur qui s’abat sur les nouveaux leaders anglophones légitimes, depuis que le Gouvernement a réalisé, après avoir maladroitement nié l’existence d’un problème anglophone à coup d’arguments et de démonstrations officiels, que ses « solutions » ne satisfont pas les populations du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Ces « solutions » ne pouvaient en réalité être qu’insatisfaisantes, car il n’est pas possible de proposer de véritables solutions à un problème dont on nie officiellement l’existence...

Crise dans les régions anglophones - le MRC appelle au patriotisme et au sens des responsabilités républicaines

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) regrette profondément l’échec des laborieuses discussions péniblement ouvertes entre le Gouvernement et les leaders anglophones dans la crise en cours dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Cet échec, qui a été sanctionné, le mardi 17 janvier 2017, par l’interdiction de la Cameroon Anglophone Civil Society Consortium (CACSC) et de la Southern Cameroons National Council (SCNC), et l’adoption par le porte-parole du Gouvernement d’un ton guerrier fait redouter une montée de la violence dans ces deux Régions de notre pays. En effet, la nouvelle posture du Gouvernement fait courir un risque réel à la paix et l’unité nationale.

D'un autre côté, l'agitation du spectre de la sécession ne créé pas un climat propice au dialogue. Pour des raisons tenant à notre histoire nationale qu'il convient de ne jamais perdre de vue, chacun sait que l'option sécessionniste est simplement inacceptable. On présente la revendication du fédéralisme dans la confusion avec cette idée de sécession. J'ai la conviction qu'une large majorité des Camerounais, anglophones et francophones qui observent le silence, ne seraient pas favorables  à un retour pure et simple de notre pays à la situation de 1961. Un peuple, une nation, n'écrit pas son histoire à reculons. Néanmoins, je crois qu'il est bon, dans un contexte effervescent et volatile comme celui qui règne à l'heure actuelle, de convenir que les différentes options soient au menu du dialogue...